Rapport annuel de la Miviludes

En décembre dernier, la Miviludes, Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires, a publié son rapport annuel. Il y est exclusivement question de son activité, avec des données chiffrées sur son fonctionnement, une synthèse des sollicitations les plus fréquentes, et les axes de travail pour l’année à venir.rapport-miviludes-2016

On apprend notamment que le nombre de signalements se stabilise, autour de 2000 par an. Le secteur du bien-être et de la santé concentre à lui seul 39% des messages : il confirme sa prééminence dans le classement. Certaines pratiques thérapeutiques déviantes sont ainsi dans la ligne de mire de l’organisme : détournant des outils, profitant de la faiblesse de certaines personnes, des « thérapeutes » auto-proclamés font des ravages…

C’est un vrai fléau contre lequel il est important de lutter, pour protéger leurs victimes actuelles et à venir. De plus, en agissant ainsi, c’est sur certains outils (comme l’hypnose par exemple), qui peuvent pourtant être efficaces et adaptés, que ces pseudo-thérapeutes jettent le discrédit. Dommage collatéral : ils empêchent certaines personnes d’aller vers ces pratiques, qui peuvent pourtant être bénéfiques… Si elles sont mises en œuvre avec éthique, et dans le respect du patient.

La Miviludes détaille aussi son rôle dans la prévention de la radicalisation, autre phénomène qui prend de l’ampleur dans nos sociétés.