Grâce partielle accordée à Jacqueline Sauvage

Après avoir reçu vendredi les filles et les avocates de Jacqueline Sauvage, François Hollande a fait connaître sa décision dimanche soir. Jacqueline Sauvage va bénéficier d’une « remise gracieuse de sa peine d’emprisonnement » qui lui « permet de présenter immédiatement une demande de libération conditionnelle ». Les avocates de Jacqueline Sauvage expliquent : « Ce qui veut dire concrètement qu’il a fait sauter le verrou de la peine de sûreté et qu’il permet à Jacqueline Sauvage de pouvoir être accessible à une libération conditionnelle dès la mi-avril 2016 ».

La mobilisation autour de cette affaire a continué à s’amplifier ces dernières semaines. Un rassemblement (300 personnes) a eu lieu le 23 janvier place de la Bastille pour demander sa grâce. De nombreuses personnalités, politiques, médiatiques et artistiques, ont affiché leur soutien. Parmi elles, Alexandra Lange, qui avait été acquittée pour le meurtre de son mari après des années d’emprise et de violences conjugales, et qui a déclaré : « Elle n’a fait que riposter à toutes ces attaques pendant 47 ans. Ils auraient préféré quoi ? Qu’elle fasse partie des 118 femmes qui meurent chaque année sous les coups des maris violents ? ».

Si cette décision marque l’épilogue judiciaire de cette affaire sensible, le combat pour une meilleure protection des victimes de violences doit continuer…